Ianik Marcil

Ianik Marcil est économiste indépendant, spécialisé en transformations technologiques, institutionnelles et économiques. Son dernier livre, Les passagers clandestins publié aux éditions Somme toute, critique l'idéologie économique dominante présente dans les métaphores du discours politique.

Fil des billets - Fil des commentaires

29 octobre 2017

On n’a plus le Québec qu’on avait

Quelque part au Québec en 1964. Ma mère, née tout juste après la Deuxième Guerre mondiale, a 17 ans. Elle ne peut pas faire partie d’un jury dans une Cour qui ferait le procès d’un violeur. Quelques mois plus tôt, elle n’aurait pas possédé non plus la pleine capacité juridique, avant l’adoption du bill 16: son mari ou son père auraient dû lui accorder la permission pour avoir le simple droit d’exercer une profession. Le Concile Vatican II n’est pas encore terminé: la messe se dit encore en latin et une large proportion des familles québécoises va encore à la messe tous les dimanches. La Révolution tranquille débute, on vient tout juste de créer le premier ministère de l’éducation au Québec. Dans les rues de Montréal, les Anglais se bagarrent avec les Français, les Français avec les Juifs, et les Anglais avec les Italiens. Ça parle anglais chez Eaton et le Montreal Chamber of Commerce ne connaît à peu près rien de la langue de Molière.

Lire la suite...