5 février 2018

Quand les avocats des nonos perdent patience

La dernière déclaration de Justin Trudeau au sujet des « nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt », aussi anecdotique soit-elle, a eu comme premier mérite de révéler au grand jour la relation symbiotique qui lie la confrérie des chroniqueurs de la haine au groupuscule La Meute.

Cette mise à nu des réseaux dormants de La Meute au sein des médias grand public est en soi une étape importante pour la compréhension du phénomène de l’islamophobie ou, plus précisément, pour comprendre l’allergie qu’ont certains objecteurs de conscience par rapport à l’usage du vocable islamophobie pour décrire les discriminations qui affectent certains citoyens en raison de leur foi.

Lire la suite...