15 novembre 2017

Les «erreurs» de raisonnement d’Annie-Ève Collin

Étudier la philosophie, l’enseigner même, ne semble plus former la tête bien faite dont parlait Montaigne. En effet, dans un texte publié sur Discernement.net, Annie-Ève Collin – qui enseigne pourtant la philosophie au niveau collégial – multiplie les erreurs de raisonnement.

Elle écrit, à propos d’un pamphlet distribué par les organisateurs de la Grande manifestation contre la haine et le racisme du 12 novembre 2017, qu’elle est bien placée pour remarquer le manque de contenu et la fourberie qui se cachent derrière ce texte (…).

La fanfaronnade de l’auteure mise de côté, elle commet ici une première erreur en voulant soumettre un pamphlet d’une demi-page aux critères que l’on utilise habituellement pour évaluer un texte argumentatif de quelques milliers de mots ou centaines de pages. Trop occupée à débusquer ce qui se cache derrière le texte, elle ne remarque pas que ni l’espace ni la fonction de ce type d’écrit n’autorisent les développements longs qu’elle exige. Dans son exigence déraisonnable, elle oublie qu'un pamphlet militant d’une demi-page ne peut étayer chacune de ses affirmations.

Lire la suite...

3 novembre 2017

Les «erreurs» factuelles de Christian Rioux

Le 3 novembre 2017, Christian Rioux, chroniqueur au Devoir et l’un des «meilleurs journalistes du Québec», dixit Bernard Landry, a écrit ceci (voir ici):

Malgré la renommée du prédicateur [Tariq Ramadan], en France comme au Québec, il a fallu attendre une seconde plainte pour viol déposée une semaine après la première pour que l’affaire sorte du néant médiatique

Qu’en est-il dans les faits de ce néant médiatique?

Lire la suite...