Si, comme moi, vous essayez de discuter de l’extrême droite et de lutter contre les idées qu’elle véhicule, que ce soit sur les réseaux sociaux ou ailleurs, on vous a sûrement déjà mis au défi de « définir l’extrême droite » ou, plus pénible encore, d’expliquer en quoi tel ou tel groupe, personne, corpus idéologique est d’extrême droite.

Vous savez aussi que ce sont des réponses difficiles à fournir : la notion d’extrême droite est assez générale, polysémique, et comme elle a un caractère infamant, très peu de personnes ou de groupes la revendiquent pour eux-mêmes. Ces injonctions fonctionnent comme des pièges rhétoriques, en nous sommant de définir et de justifier encore et encore les mêmes termes.

Drapeau du « Kekistan », un pays imaginaire, conçu par l'Alt-Right américaine sur le modèle du drapeau nazi

Par le présent texte, je ne prétends en rien exposer une théorie exhaustive de l’extrême droite. Je ne vais pas fournir de nouveaux éléments, une interprétation novatrice, pas plus qu’une revue détaillée de l’état de la recherche à ce sujet. D’autres le font déjà et bien mieux, c’est leur métier, et je ne suis pas qualifié pour parler à leur place.

Je vais simplement essayer de fournir quelques repères et outils fonctionnels pour cerner ce que recouvre ce terme dans le langage courant, et sur lesquels s’appuyer pour déjouer ces pièges rhétoriques, à toutes fins utiles.

Chaque fois que ce sera possible, je fournirai des exemples pour le cas de La Meute, parce que c’est le groupe pour lequel on m’oppose le plus souvent un « déni d’extrême droite ». Les critères que je propose sont toutefois pensés dans une optique généraliste et peuvent être aisément appliqués à tous les discours au sujet desquels on se demande s’ils sont, oui ou non, d’extrême droite.

Une notion polysémique

Forgé sur le modèle de la gauche et de la droite, en fonction de la position occupée dans les assemblées, la notion d’extrême droite englobe différentes réalités et n’est pas forcément explicite quant à son contenu.

Il n’y a certainement pas une extrême droite, unique, unifiée et arrimée à un seul corpus de valeurs.

Au contraire, on désigne par ce terme au moins trois grands courants, qui sont eux-mêmes variés et pas nécessairement étanches entre eux :

  • Un courant traditionaliste, caractérisé par un attachement à des valeurs qui sont considérées comme essentielles, et qui permettent de discriminer entre un « eux », formé de ceux qui ne partagent pas ces valeurs, et un « nous », qui est défini par les dites valeurs.
  • Un courant populiste, qui s’en prend aux élites, aux puissants, aux riches ou à ceux qui sont fantasmés comme tels, opposés rhétoriquement à un « peuple » dont les contours sont rarement précisés. Les discours qui se rattachent à ce courant peuvent passer pour des discours de gauche, mais un regard un peu attentif y verra facilement que les minorités opprimées en sont exclues.
  • Un courant fasciste : Si une partie de ce courant assume le terme et endosse sa filiation avec le nazisme ou le fascisme historique[1], une autre partie n’est sans doute pas consciente que les appels à la fierté d’être soi, au rétablissement de l’ordre, à la force ou encore à la préservation de la pureté historique la rattachent à la pensée fasciste. Il est ici utile de se reporter aux quatorze caractéristiques du fascisme proposées par Umberto Eco.

L’extrême droite prend également bien des formes : partis politique, mouvements de rue, groupes de pression, groupes insurrectionnels, théoriciens[2] sans attache organisationnelle connue.

Si l’on ajoute à cela la grande porosité de ces mouvements et de ces courants entre eux et parfois avec la droite ordinaire, il n’est pas étonnant que tous se défendent d’en faire partie. Le fait de ne pas se reconnaître dans le terme « extrême droite » est tellement banal qu’il ne peut pas être pertinent pour classer une pensée, un mouvement ou une personne dans la catégorie idéologique de l’extrême droite.

Les grands thèmes du discours

Rassemblement des militants d'Adrien Arcand à MontréalLa grande variété de courants et de mouvements qui composent l’extrême droite brouille facilement les pistes, et il n’est pas toujours facile de se repérer. On peut rapidement être coincé par quelqu’un qui vous reproche de tout écraser dans une seule catégorie et d’amalgamer des choses qui ne sont pas équivalentes. Comme la plupart des militants antiracistes et antifascistes, je défends l’idée qu’on peut à la fois faire des distinctions très nettes au sein de l’extrême droite[3], tout en gardant en tête qu’elle constitue une catégorie indispensable pour penser et pour agir.

J’ai essayé de classer quelques-uns des principaux thèmes qui structurent le discours de toutes les composantes de l’extrême droite, afin de montrer que même sous des formes très variées, il existe une parenté incontestable entre elles.

Je les présente telles qu’on les rencontre communément, mais bien entendu, ces idées peuvent être articulées sous diverses formes et à différents niveaux d’abstraction, en plus de reposer sur des soubassements idéologiques en apparence très différents. Rappelez-vous que je ne cherche pas ici à faire dans la rigueur académique, mais bien plutôt à fournir quelques clefs fonctionnelles pour une analyse « dans la vie de tous les jours ».

C’était mieux avant

Formulés de différentes façons, les discours de l’extrême droite sont toujours empreints de l’idée d’un passé plus heureux, plus juste, plus glorieux que le présent. La culture n’était alors pas en danger, les jeunes respectaient nos valeurs, notre société n’était pas dégénérée et ainsi de suite. L’extrême droite est toujours conservatrice[4], et même quand elle est insurrectionnelle ou se présente comme révolutionnaire, c’est pour mieux restaurer un passé glorieux ou mythique.

Ainsi, dans le texte de présentation de La Meute, sur sa page publique, on peut lire cette affirmation selon laquelle l’héritage du glorieux passé du Québec et du Canada est en péril :

La Meute est composée de patriotes qui veulent conserver les acquis qui ont fait de leur pays et de leur nation une référence au niveau mondial, tel que leur culture (canadienne et québécoise) et leur mode de vie

Il faut contrôler les frontières

Militants du groupe fasciste Atalante, posant à côté d'une banderole «REMIGRATION», un thème cher à l'extrême droite identitaire française

Dans tous les mouvements d’extrême droite, on s’inquiète du contrôle des frontières, et par là, de l’immigration. Bien entendu, cela peut se traduire de façon plus ou moins radicale selon la position idéologique du mouvement qui s’exprime et sa volonté d’« acceptabilité » sociale. Si l’on ne croise pas souvent d’apologistes de la déportation ou de l’extermination des étrangers, nombreux sont les mouvements qui souhaitent une réduction draconienne de l’immigration, la réserver à certaines populations, en resserrer fortement les critères, etc.

Il ne s’agit pas de considérer tout débat sur les paramètres de l’immigration et du contrôle des frontières comme la signature de l’extrême droite. C’est plutôt le caractère inquiétant, dangereux, de la porosité des frontières qui est en jeu ici, ainsi que le caractère évident d’un besoin de restreindre l’immigration, toujours perçue comme un danger.

Le groupe fasciste Atalante est exemplaire à cet égard, avec ses affichages agressifs « REMIGRATION » et une bannière précédente « Réfugiés non merci », qui avait été exhibée à l’époque de l’accueil des premiers réfugiés syriens dans la capitale nationale du Québec.

Militants de La Meute arborant des slogans contre l'immigrationPegida-Québec, La Meute et Storm Alliance nous donnent eux aussi régulièrement de bonnes illustrations de cette dimension du discours de l’extrême droite. Pensons simplement aux discours tenus à l’encontre des immigrants haïtiens en 2017, présentés comme illégaux, trop nombreux ou impossibles à intégrer, sans aucunes données probantes en ce sens, à cette déclaration du porte-parole de La Meute, dans laquelle il compare l’octroi d’un budget aux services d’immigration à un crime de haute trahison, ou encore à celle-ci[5] :

Nous ne sommes pas en sécurité parce vous refusez de protéger nos frontières. Parce que vous préférez nous laisser mourir plutôt que de reconnaître vos erreurs. Vous le saviez et vous avez pris le risque. Vous nous avez abandonnées, vous nous avez sacrifiées.

Les nôtres avant les autres

En lien direct avec le point précédent, cette dimension du discours est particulièrement structurante dans la pensée d’extrême droite. Elle se traduit de différentes façons, plus ou moins policées, mais avec toujours le même ressort, extrêmement contestable sur le plan moral : ceux qui me ressemblent méritent plus que ceux qui ne me ressemblent pas.

Qui n’a pas lu, sur les réseaux sociaux, ces appels à s’occuper de « nos » personnes sans abri plutôt que des personnes réfugiées, comme si une action devait nécessairement exclure l’autre? Le même argument circule pour les personnes âgées, les enfants placés, les femmes battues… tous les groupes fragilisés sont susceptibles d’être ainsi instrumentalisés pour justifier le rejet de l’autre. Un cadre de La Meute appelant à privilégier « les nôtres » avant les autres

Le même noyau idéologique est au cœur des discours politiques qui font des immigrants un danger pour « nos » emplois, « notre » système de santé, etc.

Pour rendre leur cause acceptable, plusieurs groupes d’extrême droite organisent à l’occasion des activités humanitaires[6] auprès de « nos » personnes démunies.

Ainsi, depuis plusieurs années, le groupe Atalante a reproduit les initiatives de CasaPound et du GUD en Europe, avec des distributions de nourriture aux pauvres « de souche » et des cueillettes de Noël pour « les nôtres ».

De même, quand La Meute cherche à récolter des jouets pour les enfants de la DPJ[7], quand les Soldats d’Odin patrouillent les rues pour porter assistance aux personnes sans abri « de souche », ou quand la Storm Alliance s’implique dans ce genre d’actions, ils instrumentalisent ces populations vulnérables au profit de leur xénophobie ou de leur populisme. Le caractère absolument ponctuel et opportuniste de ces engagements est d’ailleurs un indicateur de leur superficialité.

Notre identité est en danger

Un autre point central du discours de l’extrême droite, c’est l’idée que « notre » identité est en danger. Là encore, cela se traduit dans des paroles différentes mais apparentées : des thèses complotistes souvent antisémites et délirantes du « Nouvel Ordre Mondial » à la crainte irrationnelle de l’implantation « chez nous » de la charia en passant par les lamentations autour d’une prétendue dilution de « nos » valeurs.

Si vous avez déjà croisé quelqu’un qui vous affirme que les droits des homosexuels ou ceux des femmes occidentales sont en danger à cause de l’islam, c’est exactement cette logique qui est à l’œuvre. Comme si le Canada et le Québec « de souche » n’avaient pas leur part de patriarcat ou d’homophobie, comme si les 3,1% de Québécois de confession musulmane étaient à la fois unanimement réactionnaires et suffisamment influents pour imposer leurs vues au reste de la société.

Militants du groupe fasciste Atalante arborant un slogan identitaireDans un autre registre, l’extrême droite traditionaliste reproche pourtant aux homosexuels, aux personnes trans, voire à tous ceux et celles qui n’adhèrent pas aux valeurs traditionnelles, d’être les responsables de la dégénérescence de notre société, quoi que cela puisse bien vouloir dire.

De l’opposition aux droits des personnes LGBTQ+ aux craintes de voir la charia s’imposer en Occident, en passant par les théories du « grand remplacement » avancées par Renaud Camus, le fil rouge de la peur de l’autre n’est pas difficile à repérer. Le même fond de commerce forme l’assise des projets de « test des valeurs » auquel devraient se soumettre les immigrants, ou encore de cette volonté de restreindre l’immigration à une frange d’étrangers sélectionnés pour leur supposée capacité à bien s’intégrer.

Ainsi, Sylvain Maikan est parfaitement aligné avec cette position classique de l’extrême droite quand il écrit que :

Si vous croyez que le Canada doit fermer ses frontières à l’immigration illégale, mieux choisir ses immigrants en fonction de leur compatibilité avec les valeurs et le mode de vie canadien, que les immigrants sont une valeur qui a fait le succès du Canada en autant qu’ils s’intègrent à nous et non l’inverse, si vous croyez en un Canada avec deux cultures dominantes qui doivent être protégées, alors vous avez la même vision que la Meute, vous êtes un loup ou une louve, vous êtes une ou patriote

On trouve le même type de discours, plus structuré et structurant encore, chez les groupes au nationalisme identitaire fort, comme Atalante. Son slogan « Exister c’est combattre ce qui me nie » est une illustration précise de la lutte identitaire. Sans la construction d’un autre, d’une altérité absolue, ennemi fantasmé à détruire, ce genre de groupe n’a pas de raison d’être.

Les minorités nous oppriment

Une autre position largement partagée à l’extrême droite, c’est l’idée selon laquelle les minorités ont désormais acquis l’égalité, et à dire vrai, même un peu plus que l’égalité, et que c’est désormais l’homme blanc qui est victime de discrimination.

Militante de Storm Alliance en faveur de la liberté d'expression On entend souvent cette opinion à propos des femmes[8], ou des personnes qui bénéficient d’une discrimination positive institutionnalisée. On en trouve aussi l’écho, évidemment, dans la thèse d’un soi-disant racisme anti-blanc, dans la complainte contre la rectitude politique ainsi que l’idée selon laquelle la liberté d’expression puisse être menacée par des… manifestations.

La plupart des groupes d’extrême droite, au Québec comme ailleurs, se posent en « défenseurs de la liberté d’expression », mais ils n’invoquent bien sûr cette idée que pour défendre un statu quo qui leur est profitable.

C’est certainement le cas de La Meute, si on se fie simplement à son principal texte de présentation. Sur sa page publique, on trouve également de nombreuses mentions du racisme anti-blanc ou de la notion qui voudrait que l’islamophobie soit « un terme inventé pour empêcher de critiquer l’islam ». Personne n’en sera étonné, l’organisation est connue pour son islamophobie.

Pour varier les plaisirs, j’ai voulu chercher un autre type d’exemple. Il ne m’a pas fallu chercher bien longtemps pour trouver une publication qui accuse[9] une organisation féministe, une femme trans et les « minorités marginales » de représenter « des façons de diviser le peuple pour mieux le contrôler ».

L’ordre plutôt que le libéralisme

Enfin, l’appel à l’ordre est une autre caractéristique des discours d’extrême droite. Selon le cas, ce sera le déclin de l’autorité parentale qui sera fustigée, les mœurs dissolues de la jeunesse ou l’indiscipline des étudiants « gauchistes » et toutes ces choses qui menaceraient la loi et l’ordre établis. La police, l’ordre public et la force de la loi ont dans ces discours une valeur positive « en soi », sans égard à la justice ou à la démocratie qu’ils sont censés permettre.

Même dans le cas des groupes de l’extrême droite insurrectionnelle, du type Atalante, ce n’est pas pour renverser l’ordre que l’insurrection est envisagée, mais bien pour le restaurer, après avoir repris le pouvoir des mains de dirigeants corrompus ou trop à gauche.

Policiers anti-émeute marchant en tête du cortège de la Storm Alliance

Pour ce qui est de La Meute et des autres groupes québécois, il serait trop facile de pointer leur opposition viscérale au parti Libéral, tant sur la scène provinciale que fédérale, puisqu’ils n’ont de toute façon pas grand-chose en commun avec la philosophie politique qu’est le libéralisme. Je voudrais plutôt souligner la façon dont ces groupes se flattent ad nauseam d’avoir d’excellentes relations avec la police, comme si cela, en soi, pouvait conférer une valeur à leur positions politiques.

Nommer l’extrême droite

On peut bien entendu repérer ces éléments de discours ailleurs que dans le champ idéologique de l’extrême droite. Il ne s’agit pas d’y classer automatiquement tout individu qui reprendrait ponctuellement à son compte l’une ou l’autre de ces thèses, et ce, même si elles ne sont pas anodines. On retrouve des tenants d’un point ou d’un autre, parmi ceux que j’ai évoqués ici, dans toutes les familles politiques et d’un bord à l’autre de l’échiquier.

A contrario, on peut trouver des mouvements d’extrême droite qui, pour des raisons conjoncturelles ou liées à un contexte particulier, peuvent avoir une position qui ne s’inscrit pas dans celles décrites ici. Il s’agit le plus souvent d’une position de façade, comme ces mouvements d’extrême droite qui instrumentalisent les luttes féministes contre l’immigration, mais on ne peut pas exclure, ici ou là, une position atypique.

Chaplin dans Le dictateur Il faut également reconnaître la variété des tendances sur le spectre de l’extrême droite. Mettre sur un pied d’égalité les positions de traditionalistes chrétiens respectueux de la loi et celles de suprématistes blancs prêt à en découdre dans la rue n’est utile pour personne, si ce n’est ceux qui peuvent tirer parti d’une telle confusion. Cela ne signifie cependant pas que certaines tendances ne seraient pas ou seraient moins dangereuses. La diffusion des idées d’extrême droite dans des milieux « respectables » est sans doute moins spectaculaire que le placardage nocturne d’affiches racistes ou que des agressions haineuses, mais cela n’est certainement pas moins toxique pour une société.

Enfin, il faut se rappeler que l’extrême droite refuse toujours, ou presque, cette classification. Seuls quelques néonazis assument l’étiquette raciste et fasciste. Il est essentiel de reconnaître l’extrême droite malgré le déni, qui est sans doute parfois sincère, pour la simple raison qu’on ne peut pas combattre un ennemi si on ne l’identifie pas comme tel.

Notes

[1] Tout en atténuant parfois la portée de cette filiation par un vernis d’ironie, telle que la pratique l’Alt-Right américaine

[2] Pensez à Renaud Camus, par exemple, le théoricien du « grand remplacement »

[3] ainsi, un fasciste qui planifie des attentats terroristes doit bien sûr être considéré autrement qu’une personne qui partage des articles contre l’immigration sur Facebook

[4] Ce qui ne signifie assurément pas que tous les conservateurs appartiennent à l’extrême droite

[5] Au moment de publier, le compte de Sylvain Maikan était suspendu de Facebook pour incitation à la haine, rendant ses publications indisponibles

[6] Ironiquement, ces pratiques, qui consistent à exploiter un engagement social et communautaire pour améliorer l’image et faciliter la propagande d’une organisation semblent s’inspirer de celles du Hezbollah, qui est certainement un repoussoir pour les organisations d’extrême droite occidentales

[7] Direction de la Protection de la Jeunesse

[8] qui ne sont évidemment pas une minorité au sens numérique, mais qui sont bien souvent encore maintenues dans un état de minorité dans leurs rapports sociaux avec les hommes

[9] Au moment de publier, le compte de Sylvain Maikan était suspendu de Facebook pour incitation à la haine, rendant ses publications indisponibles. Voici néanmoins une capture d’écran de cette déclaration