En décembre, janvier et février derniers, nous avions fait un décompte systématique de l’activité des membres de La Meute dans leur groupe « secret », afin de dégonfler leur bulle narrative et de rétablir la vérité quant à leurs véritables effectifs.

Alors que le groupe affirmait compter 40 000, voire 60 000 membres, nous avions établi que la réalité était plus proche des quelques milliers de membres, dont quelques centaines seulement de membres véritablement actifs.

Après avoir fait cet exercice pendant trois mois, nous avions cessé, parce qu’il devenait évident que La Meute ne pouvait plus faire croire à quiconque qu’elle est un groupe important, ni même représentatif de quoi que ce soit, au regard de ses seulement deux à trois cents membres actifs.

Nos chiffres montraient par ailleurs un effondrement régulier de l’activité, tandis que La Meute s’enfermait elle-même dans une impasse stratégique avec la publication de son « Manifeste ».

Après une sortie retardée à plusieurs reprises, ce document s’est avéré être un texte fade, mal écrit et laissant transparaître les aspirations autoritaires de l’organisation d’extrême droite, vide de toute substance qui aurait pu peser sur la campagne électorale, puisque l’organisation n’a pas su prendre de position claire, ni forcer aucun parti à s’exprimer quant à leurs « revendications » loufoques.

À l’époque, Sébastien Chabot, l’inénarrable « enquêteur » de La Meute, et l’un de ses cadres les plus visibles, expliquait que l’hiver était une « saison creuse » pour la mobilisation, et que nous devrions refaire le décompte pendant la saison estivale. Eh bien, c’est ce que nous avons fait.

L’hémorragie est quelque peu endiguée, les chiffres de juillet 2018 étant très légèrement meilleurs que ceux du mois de février 2018. Mais ils restent inférieurs à ceux de janvier et décembre. Si l’hypothèse de Sébastien Chabot est juste, et que l’été est la période la plus active, alors on peut s’attendre à un nouvel effondrement de la Meute l’hiver prochain. Si celui-ci a tort, on peut alors parler d’une « stabilisation » des effectifs, près de leur niveau le plus bas.

En bref :

  • Les membres[1] s’élèvent à 3 173, alors qu’ils étaient 4 085 en décembre, soit une baisse de 18%,
  • Les membres « actifs »[2], eux, sont au nombre de 167, pour 389 en décembre, soit une baisse de 57%

Enfin, rappelons qu’à la veille de la sortie du « Manifeste », un cadre de la Meute nous avait indiqué que l’organisation souhaitait se doter de cartes de membres, afin de pouvoir réfuter nos chiffres. À ce jour, ce n’est toujours pas le cas, et la Meute reste incapable de fournir des chiffres réalistes concernant ses membres et son activité.

Notes

[1] 1 interaction et plus dans le groupe

[2] 20 interactions et plus dans le groupe