Salut mon frère. Me permets-tu de t’appeler mon frère, toi dont la réserve est si sensible, si engagée qu’elle arrive à se réserver elle-même ? Car c’est bien ce qui me frappe chez toi: d’aucune manière, ni métaphoriquement, ni littéralement, ni le mot ni la main qui frappe ne font partie de toi. […]

Lire la suite