Le 18 août à Laval

Pierre, Pierre, Pierre…

Quelques mois ont passé depuis ma première chronique. Des chroniques, j’aurais pu en écrire une et puis une autre pour commenter l’épopée du « Leader Pierre Dion, Québécois ». Ç’aurait été trop facile, t’es une vraie caricature de toi-même. Des comme toi, ça ne s’invente pas.

J’étais pliée de rire après la parution de mon premier papier parce que tu as eu beau répéter encore et encore que tu assumais, que ça ne te faisait rien, on a pu vite constater un changement dans ton attitude, on pouvait carrément te voir te débattre avec toi-même pour moins couper la parole à tes interlocuteurs et même tenter de les mettre plus en valeur. À tel point que j’ai failli m’en mordre les doigts, me disant que t’étais peut-être le genre de gars qui apprend de ses erreurs et exploite ces erreurs pour se dépasser. Et ça aurait pu marcher.

Malheureusement pour toi mon chum, c’était pas assez. T’as eu beau te disloquer la mâchoire avec tes drôles de spasmes et renifler frénétiquement dans tes efforts de ne pas interrompre tes petits amis fachos comme toi, ton effort n’a pas fait long feu. Un à un, ils t’ont tous tourné le dos. Contrairement au roi Midas qui voyait se transformer en or tout ce qu’il touchait, toi, on dirait que tout ce que tu touches se transforme en merde, que dis-je, c’est carrément une diarrhée tout ce qu’il y a de plus puante et visqueuse. À moins que ce que tu touches ne disparaisse, comme par magie, car on a pu voir les uns après les autres Brouillette (La Meute), Trudel (Storm Alliance) et Proulx (III%) te tourner le dos. Puis Natacha « Discours Décousu » Pelchat. Ensuite Mario Roy et même Christopher « Leloup Solitaire » Bernatchez. Et ce fut idem pour ton public.

Avant de revenir à ce beau monde que je viens de citer, parlons-en de ton public. Tu veux que je te dise? Le monde qui te suit, ce sont ceux qui ne sont pas passés au tamis le plus « affiné » (mais certainement pas raffiné) des groupes identitaires connus. Au début, en faisant défiler les commentaires, on pouvait voir que les gens qui te suivaient venaient d’un peu partout parmi ces groupes : La Meute, Storm Alliance, III% et autres groupes dits « identitaires » ou « de sécurité » (pour ne pas dire milices). Aujourd’hui, s’il reste des membres de ces groupes qui te suivent encore, ce sont ceux au bas de l’échelle, ceux qui ne sont là en fait que pour grossir les rangs mais qui n’auront jamais rien d’autre que des rôles de figurant dans tout ça. Le menu fretin quoi. Des ignorants frustrés prêts à croire n’importe quelle théorie du complot plutôt que la réalité qui ne colle pas à leur vision tordue du monde. Sinon, les seuls groupes qui t’appuient encore, ce sont ceux créés par d’ex-membres de La Meute et compagnie, qui rêvaient d’être chef à la place du chef (je dirais bien calife à la place du calife, comme le veut l’expression consacrée, mais l’islamophobie est toujours si facile à éveiller), et ce, coûte que coûte, au risque de diviser une communauté qui a déjà beaucoup de mal à se solidariser.

D’habitude, quand on pense à un leader, on pense à un meneur d’hommes. On imagine quelqu’un qui prend des initiatives, or toi, tu lances une idée, la plupart du temps soufflée à ton oreille, pour ensuite demander aux autres d’agir, et après tu leur chiales après parce qu’on ne t’obéit pas au doigt et à l’oeil; tu te permets même de les rabaisser. Mais toi, à part t’écraser sur ton steak devant ta caméra pis donner des ordres, qu’est-ce que tu fais de concret, autre que le vide autour de toi?

Quand on pense à un leader, on pense à quelqu’un qui affronte l’adversité, mais toi quand des gens t’écrivent ou commentent tes publications en apportant soit des questions, soit des critiques, tu les ignores, les insultes ou encore, tu les bloques. Quand on pense à un leader, on pense à quelqu’un qui a des principes, des valeurs. On pense pas à un pauvre misogyne qui partage une image dégradante de la femme, soutenue par une prose qui se termine par « ça va être Bagdad dans ton cul », et qui ne comprend pas que ce n’est pas le caractère sexuel de l’image qui a choqué les gens mais cette vision violente et humiliante de la femme et de sa sexualité, et qui, au lieu de simplement s’excuser, en rajoute une couche. Quand on pense à un leader, on pense à quelqu’un qui marche droit. Pas à un type dont le plumitif cumule les accusations de conduite en état d’ébriété, qui fait mention d’introduction par effraction, qui comporte pas moins de dix chefs d’accusation de possession de cocaïne en vue de la revente ainsi que des accusations de menaces envers autrui. Hey, t’as même eu droit à une interdiction de posséder des armes! Et quant au fait d’opérer une maison close, j’ai écouté tes explications.

On va se dire une chose, à la suite à l’article de Xavier Camus concernant ton passé, j’ai moi aussi été curieuse et ai pu mettre la main sur ce document public qu’est ton plumitif. Pour ceux qui l’ignorent, un plumitif contient les chefs d’accusation, les plaidoyers (coupable ou non coupable) et les jugements ou décisions. Le tiens, mon cher Pierre, fait 38 pages! Ton dossier dit clairement que, oui, les accusations d’exploitation d’une maison close ont été retirées, MAIS que tu as plaidé coupable à l’accusation de VIVRE dans une maison close. Alors ton histoire de « j’ai eu le malheur d’être sur place un soir de descente de police du temps où la légalité des danses à 10 $ était discutée devant les tribunaux », moi j’y crois pas.

Quand on pense à un leader, un vrai leader, on pense à tout sauf à toi. Sauf pour les sans génie qui ne voient pas le manque de cohérence dans ton discours, entre ta manière de traiter les femmes et les « avertissements » que tu as lancés plusieurs fois à ces méchants musulmans qui ne respectent pas la femme, en intimant à ton auditoire de protéger ses filles de ces « rapaces ». Un gars qui fait de l’argent en exploitant le corps des femmes, t’appelles pas ça un rapace toi? Moi oui.

Tu mens à ton monde, tu essaies de te faire passer pour une victime, ou alors tu minimises la portée de tes gestes et propos. On peut dire bien des choses de toi mon Pierre, mais certainement pas que tu possèdes les qualités d’un leader. Et si tu prenais un instant pour évaluer la qualité de ton auditoire, tu te rendrais compte que tu auras beau gueuler et cumuler les heures à parler pour ne rien dire en « live », tu auras beau presser le citron, pas une goutte de jus n’en sortira, tu n’obtiendras jamais rien de concret avec eux. Parce que qui se ressemble s’assemble.

Dois-je vraiment prendre le temps d’en dire plus au sujet de l’affaire des réseaux pédophiles, de ces fameuses théories du complot qui vous permettent de dire, toi et tes semblables, que par exemple si quelqu’un s’oppose à Trump, alors il est complice et donc pédophile lui-même (on a d’ailleurs accusé Robert De Niro d’une telle chose sur une de tes pages!), comme si c’était la logique même. Allô! On se réveille là! Et toutes ces théories du complot qui défilent en quantité industrielle, c’est d’un ridicule consommé. Tu dis tout le temps vouloir parler des vraies affaires, et pourtant tu te limites aux inventions les plus loufoques, parce que les « vraies affaires » mon Pierre, elles sont inaccessibles à ta compréhension.

Tu sais, j’ai presque pitié de toi. Dans tes dernières vidéos, on le sent, tu as le « moton » pogné dans la gorge, le trémolo dans la voix, et tu as même avoué que tu reçois des menaces, que des gens font pression sur toi, et que tu as la chienne. Tu n’en dors plus, et tu as même ressenti le besoin, à plusieurs reprises, de signifier au monde que tu n’étais pas suicidaire. On s’entend que ceci est une précaution dans la perspective d’une éventuelle attaque sur ta personne, ce que je ne te souhaite pas malgré tout. Dans mon livre à moi, on ne frappe pas un homme à terre. Et toi, si t’es pas encore à terre, ça ne devrait plus trop tarder.

Pour en revenir au ménage que tu as fait autour de toi, malgré toi mon Pierre, franchement, je pense que tu as battu un genre de record. Comment se mettre à dos les têtes d’affiche de l’extrême droite en moins de trois rencontres? Tu pourrais écrire un livre à ce sujet. Je me demande ce qui pousse autant de fachos à ressentir le besoin de nous informer qu’ils se dissocient de toi.

Peut-être à cause des appels à la violence et à prendre les armes que l’on peut retrouver abondamment dans tes vidéos et publications comme dans les commentaires de tes fans? Peut-être parce que tu donnes l’impression qu’un Pierre Dion à la tête du Québec nous transposerait dans un univers semblable à celui de Game of Thrones?

Un leader mon Pierre, normalement, c’est rassembleur. Tu ne m’as pas tellement impressionnée de ce côté. Pour que tu en arrives à faire fuir tout le monde comme ça, il y a un problème, ne crois-tu pas?

Ça fait des semaines que tu nous casses les oreilles avec ta marche du 18 août. On ne sait toujours pas pourquoi et qu’est-ce que ça apportera de concret au peuple québécois. Tout comme on ne connait toujours pas le lieu de rassemblement, comme si Laval c’était grand comme un mouchoir de poche… Chose certaine, nous saurons enfin (dans quelques heures à peine) si tu es un rassembleur et si oui, à quel point.

Tic tac, tic tac, tic tac, bip de micro-ondes, je suis fin prête, les deux pieds sur le pouf et un bol de popcorn à portée de main, à assister en direct à la chronique d’une débarque annoncée.

(À me relire, je me trouve moins drôle que la dernière fois, mais peu importe, parce qu’en fait, la joke, ce n’est pas ce texte, c’est toi mon Pierre.)

Tourlou,

Josée