Voilà désormais trois mois que nous faisons un suivi régulier et rigoureux de l’activité réelle de l’organisation d’extrême droite La Meute. Par la même occasion, nous avons révélé ses pratiques consistant à gonfler artificiellement ses chiffres et à comptabiliser comme membres des gens qui ne se considèrent absolument pas comme tels.

Il est temps de se pencher sur l’évolution de ces chiffres et de voir quelles conclusions en tirer. Pour ce qui est de la méthodologie, reportez-vous à nos articles précédents.

Il se trouve que nos indicateurs d’activité de La Meute n’ont cessé de décroître, quelle que soit la variable observée :

  • Le grand groupe secret de La Meute, dont nous avons démontré auparavant qu’il présente un effectif faussé, a perdu près de 2 000 membres depuis le mois de décembre.
  • Le nombre de personnes interagissant au moins une fois[1] dans le groupe secret est passé de 4 085 personnes en décembre à 3 271 en janvier, et enfin à seulement 2 699 en février, soit une baisse de près de 35 %.
  • Le nombre de membres véritablement actifs[2] est quant à lui passé de 389 en décembre à 204 en janvier, et à seulement 134 en février. Une chute de 65 %!
  • L’effectif des clans[3] est également à la baisse. En particulier, le clan 03[4], est passé de plus de 440 membres en Janvier à 265 en mars

Une tendance lourde à la baisse

Pour comprendre cette baisse qui semble inéluctable, écartons d’emblée un hypothétique recul des idées d’extrême droite dans l’opinion. Si ces idées restent probablement marginales, aucun indicateur ne permet de parler de leur recul, alors que de nombreux indices de leur banalisation sont observables. À cet égard, la frilosité des médias qui ne remettent pas en question les affirmations du porte-parole du groupe, Sylvain Maikan, en particulier lorsqu’il avance un effectif farfelu ou quand il affirme que son organisation n’est pas d’extrême droite, reste inquiétante.

Les innombrables disputes intestines, aussi bien au sein de La Meute qu’entre les différents groupes d’extrême droite, font sans doute beaucoup de mal aux organisations en question. Celles-ci peinent visiblement à se trouver un ou des leaders rassembleurs et minimalement charismatiques. L’éviction de Corvus, Patrick Beaudry et Éric Proulx, ainsi que la démission de Dave Tregget, chaque fois dans des conditions sordides, relatives soit à des scandales sexuels, soit à des malversations financières, dénotent une grande instabilité du leadership.

Seul Sylvain Maikan semble pour l’instant résister à cette lame de fond, mais le déclin persistant des effectifs sous sa direction, et son incapacité à proposer un discours théorique cohérent nous permettent de penser sans grande crainte de nous tromper qu’il est loin d’être le leader incontesté et charismatique dont il souhaite projeter l’image.

Il faut ajouter à ce climat de crise interne permanente, le travail fait ici, ainsi que par LetroupeauQC et plusieurs autres sites et pages antiracistes afin de documenter et d’exposer la véritable nature de La Meute, ruinant ainsi ses tentatives de se draper de respectabilité et d’être perçue comme un mouvement de masse.

Un avenir incertain

Il serait périlleux de se projeter avec trop de certitude dans un domaine aussi instable que celui de la fachosphère, mais rien n’indique que cette tendance pourrait s’inverser dans les semaines à venir, et il n’est pas interdit d’espérer reléguer définitivement La Meute au rang de joueur mineur dans les mois qui viennent.

Ainsi, l’annonce de la publication d’un manifeste, censé peser sur la campagne électorale, n’a pour l’instant donné lieu à rien de concret. Ce manifeste devait être rendu public au début février, mais La Meute n’a pas tenu sa promesse. Selon l’information la plus récente que j’ai pu obtenir, la parution est prévue « avant avril », et la rédaction aurait été confiée à « une équipe de travail assistée d’une personne compétente en la matière ».

Il est plus que probable que ce manifeste sera une charge contre le Parti Libéral, un appel à la réduction et au « contrôle » de l’immigration, et qu’il instrumentalisera l’idée de laïcité contre l’islam et les musulman.e.s. La Meute n’a jamais réussi à ce jour à sortir de ces thèmes convenus, ni à les étayer autrement que par des arguments faibles et complotistes.

Le seul relent de suspense concerne de fait le positionnement de l’organisation en vue des élections d’octobre prochain : La Meute a déjà appelé à voter contre le PLQ, mais sera-t-elle en mesure de prendre parti pour la CAQ ou le PQ? Ce cadeau empoisonné ne devrait pas être d’une grande aide pour le parti concerné, qui s’en défendra probablement d’une façon qui pourrait bien être fatale à l’organisation. D’un autre côté, l’absence de prise de position à ce sujet réduirait à néant l’ambition de Sylvain Maikan de peser sur le scrutin.

Il s’agit là d’un cas d’école d’erreur stratégique : La Meute s’est elle-même placée dans une situation dont elle ne peut pas sortir gagnante. La solution la moins négative serait sans doute de renoncer à publier le fameux manifeste, mais ce serait un camouflet personnel pour Maikan. Celui-ci choisira-t-il son intérêt personnel, ou celui de son organisation ?

Le bruit court également qu’il pourrait y avoir émission de cartes de membre. On comprend bien la gêne de l’organisation avec nos chiffres qui ne la mettent pas en valeur, et sa volonté de produire ses propres données, dont elle aurait le contrôle.

Cependant, pour que cela soit convaincant, La Meute devra produire des listes vérifiables et un mécanisme d’engagement fiable, comme le versement de cotisations de membre. Il est fort possible que le résultat final soit même inférieur à nos estimations, et c’est là encore un risque potentiellement fatal pour l’organisation.

Nous continuerons, quoi qu’il en soit, de faire le nécessaire pour déjouer les communications de cette organisation raciste et l’accompagner vers sa disparition.

Notes

[1] Il s’agit du critère minimal pour être comptabilisé comme membre

[2] Sont comptabilisés dans cette catégorie les membres ayant interagit 20 fois et plus dans le groupe secret

[3] Les groupes locaux de La Meute

[4] Celui de Québec